Une végane en terre réunionnaise – Épisode 3

Il y a eu une couille dans le pâté végétal. Seulement un article posté en février. Que voulez-vous, je me suis laissée aller et avec grand plaisir ! Et j’ai énormément profité de mon temps ici à la Réunion. J’ai aussi réfléchi à l’avenir ce blog, en même temps que le mien. C’est pas tous les jours qu’on a 30 ans. Je vous parlerai de tout ça dans mon prochain article, qui regroupera mes dernières trouvailles (pour février et mars, du coup).


…j’ai eu une flemme monstre de me mettre derrière les fourneaux !

Présentement j’ai faim, je devrais me préparer un tofu épicé sauce aux arachides. Enfin légèrement pimenté voire pas du tout car c’est toujours trop fort pour moi. Cette recette est un délice (forcément avec du beurre de cacahuète ça ne peut que fonctionner). Il s’agit peut-être de l’un des seuls plats que j’ai testé ce dernier mois, j’ai eu une flemme monstre de me mettre derrière les fourneaux ! Uniquement pour cette recette de tofu et des gâteaux :  mes sempiternels cannelés, mes cookies et des pancakes. Je me suis beaucoup appuyée sur les préparations de Soja Nature et de Fry’s Vegetarian, que je n’ai plus à vous présenter. Si ? Encore ? Bon allez c’est bien parce que c’est vous ! En tout et pour tout j’ai testé les saucisses grillées, le burger style « poulet », les nuggets, l’émincé végétal et le haché végétal. Je les valide tous, même si ma préférence se porte sur les 3 derniers. Ma mère et mon frère ont également bien aimé, mon père boudant toujours les plats estampillés véganes (Tsss). Je remercie encore ma maman de me préparer de bons petits plats, je raffole de sa compote de mangue à la vanille.

Cette compote mangue vanille est d’un délice 😋😱😍🍈👌🏽#whatveganseat #vegan #fruit Merci maman !

Une publication partagée par Saoyiste (@saoyiste) le

…la carte disposait d’une sélection de plats véganes.

La malédiction des produits Just Veggie continue de me suivre. Pour mes 30 ans, j’avais réservé un dîner au Bistrot de la Porte des Lilas (c’est bien à Saint-Denis de la Réunion et non sur Paris). Le restaurant avait organisé une soirée spéciale végane pour le 16, finalement annulée suite au peu de réservations effectuées. Forcément, en ayant axé leur communication sur la soirée de la Saint-Valentin, la soirée végane est un peu passée à la trappe. Cette dernière a donc été reportée à la semaine suivante. J’ai tout de même maintenue mon dîner au même endroit, sachant que la carte disposait d’une sélection de plats véganes. Mon père a été plus que ravi d’apprendre qu’il n’aurait pas à manger végane (Tsss). Je laisse mes proches choisir des mets bien trop cruels à mon goût pour arrêter mon choix sur des émincés de « poulet » et ses légumes sautés. Très belle apparence, malheureusement en dégustant le « poulet » j’ai reconnu la touche Just Veggie notamment le goût que je ne supporte pas. Je n’ai pas réussi à tout finir. J’ai eu la confirmation que le chef se fournissait en produits végétaux chez Just Veggie. Je trouve ça super que ce traiteur propose ses produits aux restaurateurs de l’île afin que ces derniers puissent proposer une carte végane. Sauf que pour moi, le goût de leurs produits ne passe pas. Les retours d’autres végéta*iens réunionnais m’ont laissée entendre que les produits sont soit très appréciés soit dépréciés. Tant pis pour moi.


… je me suis lancée comme défi de randonner seule.

Culinairement parlant, mes anecdotes s’arrêtent là. Je vais pouvoir m’atteler au récit des activités qui sont venues agrémenter ce mois de février. Au tout début du mois, je me suis lancée comme défi de randonner seule. J’ai décidé de faire le tour du Pic Adam, sur un sentier facilement accessible depuis Saint-Denis, puisqu’il est à Saint-Denis même… Et proche de la maison. On ne peut pas vraiment dire que je me sois énormément préparée pour cette marche, m’ayant relativement couchée tard la veille. Avec la fatigue, le début de la marche a été assez périlleux, je regrettais déjà mon choix et doutais du succès de mon expédition. Puis finalement, la vue somptueuse sur la ville m’a redonnée de l’élan et j’ai pu atteindre sans encombre le plus haut point de vue.

Cela ne se voit pas mais je suis au bout de ma vie 💪🏼😅 #perseverence #warrior

Une publication partagée par Saoyiste (@saoyiste) le

Bien que je me sois guidée à l’aide du site Rando pitons, je n’ai pas réussi à faire le tour entier du Pic. J’ai simplement fait un demi tour pour retourner au point de départ. Ma foi, je suis très satisfaite de ma sortie, et espère en vivre d’autres.

En grande aventurière de mon acabit…

C’est d’ailleurs dans ce but que je me suis inscrite au OVS Réunionnais, pour rejoindre des membres sur divers randonnées organisées sur l’île. Il y en a eu une organisée autour de Saint-Paul, sauf que le cyclone (ou devrais-je dire le semblant de tempête tropicale) a tout simplement décidé de se montrer les jours précédant la sortie. Ce ne sera que partie remise ! Je m’inscris par la suite à une autre promenade, aux alentours d’Etang-Salé. En grande aventurière de mon acabit, je me rends au lieu de rendez-vous sans connaître précisément sa position. Les bouchons et ma quête du lieu de départ m’auront gratifiée d’un retard de 25 minutes. Plus personne aux rendez-vous, c’était donc encore rappé pour moi ! Qu’à cela ne tienne, je profite de mon passage dans le coin pour visiter rapidement Etang-Salé et sa plage. Je suis plus que conquise.

J’ai loupé ma sortie randonnée, du coup je me console avec ça 😍⛱

Une publication partagée par Saoyiste (@saoyiste) le


Ah enfin, la voile se déploie.

Me trouvant dans le sud pour un évènement particulier le lendemain, je passe la nuit chez des amis à Petite-Île. À mon réveil, je suis toujours émerveillée par le cadre et la vue qui s’offrent à moi le matin.

Cette vue de beau matin 😍😌⛅️

Une publication partagée par Saoyiste (@saoyiste) le

Je prends donc ma voiture pour me rendre au club de parachutisme de Saint-Pierre. Vous l’aurez deviné, j’ai sauté en parachute ! J’ai quand même eu droit à un temps de préparation, avec les formalités administratives à remplir (en cas d’accident, gloups), et un rapide cours pratique sur les positions à tenir avant et durant le saut. Le hangar est bien animé, avec les nombreux licenciés s’offrant un saut de beau matin. Les vols s’enchaînent et c’est lors du troisième que je prends place dans l’avion, avec mon moniteur de tandem. Vous vous doutez bien que je n’allais pas sauter seule quand même ! On décolle en douceur (ouf) et j’admire déjà le panorama. Je n’ai presque pas peur, uniquement quelques appréhensions. Arrivés à 4 000 mètres, les premiers parachutistes à se lancer ouvrent la porte et se jettent dans le vide, comme ça, à l’arrache, sans aucune autre forme de procès ! À ce moment je crois bien halluciner face la désinvolture de mes partenaires de saut. C’est au tour de mon tandem de se mettre en place, je suis très concentrée pour tenir la bonne posture, en banane, entièrement dans le vide mais bien attachée à mon moniteur qui reste assis sur l’avion. Le caméraman, qui a déjà commencé à filmer mes affaires, se poste à l’extérieur pour avoir la meilleure vue de mon faciès pré-chute. Je suis toujours très concentrée. Et puis, on se laisse tomber. Je réalise enfin ce que je suis en train de faire, je saute dans le vide ! Une fois en situation de vol, je commence donc à ressentir l’effet de la résistance de l’air et de notre vitesse de chute, qui tourne aux alentours des 200 km/h. Les réflexions qui me viennent à l’esprit sont :

  • « Je n’ai rien à faire là « 
  • « C’est juste absolument pas logique ce que je suis en train de faire là. »
  • « Et après ? Mais pourquoi je suis là déjà ? »
  • « Ça va un peu vite quand même. »
  • « Mazette c’est dur de bouger, je n’arrive même pas à faire un check avec le caméraman ! »
  • « Ah enfin, la voile se déploie. »

À cet instant, je peux reprendre mes esprits et profiter du spectacle. Mon moniteur me félicite, nous avons fait un bon saut. On se laisse doucement tomber, l’atterrissage se passe comme sur des roulettes car j’ai bien appris ma leçon. Une dernière photo souvenir avant de retourner au hangar. Je plane encore, je ne réalise pas encore ce qu’il vient de se passer. Mes photos/vidéos souvenir et un diplôme me sont délivrés pour attester de mon exploit. Cela m’en voit ravie. J’ai sauté en parachute, Sacrebleu ! J’ai combattu mes peurs du vide et de l’avion. Et cela s’est merveilleusement bien passé 😀 Si l’occasion se présente à vous ou que vous avez simplement envie de sauter le pas, foncez !

Une belle chose de faite 😃😍🏔👌🏽🙏🏽🎁💗Cœur sur vous #jemesuisenvoyeeenlair #parachute

Une publication partagée par Saoyiste (@saoyiste) le


Les activités auront été le principal attrait de ce mois de février, durant lequel j’ai également assisté à divers spectacles et concerts et où j’ai continué de lire, de faire du yoga et de méditer. Un pur bonheur. Je vous ferai un retour là-dessus dans un tout premier article bien-être qui devrait parler à certain.e.s.

Je pense continuer sur la même lancée pour le mois de mars, avec d’autres concerts, des sorties plage, randonnées et bassins ainsi qu’un stage de yoga prévus pour les jours à venir.

À tout bientôt mes fans de la Véganie.

Saoyiste


Lire les précédents épisodes d’Une végane en terre réunionnaise :

  1. Épisode 1
  2. Épisode 2

Laisser un commentaire