Le véganisme est mort, longue vie au véganisme

Le temps fût long avant que je me donne le temps pour écrire ici. D’autant plus que ce nouvel article me trotte dans la tête depuis des mois (rien que ça). Ce titre bien énigmatique n’annonce aucunement la fin de mon véganisme, je vous rassure. Il annonce juste la fin d’une ère ou du moins, le début d’une reconsidération de mon engagement pour les droits animaux.


Cela fera bientôt quatre ans que j’ai entamé un mode de vie proche de mes valeurs, dans lequel chacun de mes actes vise à causer le moins de souffrance possible aux animaux, animaux humains compris 😉 C’est un engagement juste mais imparfait, puisqu’il est tout bonnement impossible de le suivre scrupuleusement et de mettre fin à l’exploitation animale d’un seul claquement de doigt.

Véganisme ?

Ce que j’appelle le véganisme pour moi au final c’est plus qu’une cause, c’est un outil qui me permet de me questionner continuellement. Ce n’est pas forcément bon, puisqu’à trop se poser de questions, on souffre de ne pas toujours trouver de réponses…

J’ai énormément appris, et je continuerai d’apprendre. J’ai fait des erreurs, que je regrette mais dont je retire des leçons. J’en ferai surement d’autres. Désormais, je tends plus à me mettre à la place des autres, ceux et celles qui sont encore comme ce que j’étais : consommatrice de produits d’origine animale. J’ai réalisé qu’il était important pour moi de comprendre notre fonctionnement de pensée, chez les véganes et non-véganes. Parce qu’il a bien fallut qu’un cheminement s’opère en moi pour que je décide de moi-même d’adopter ce mode de vie. Pourquoi ne pourrait-il pas s’opérer chez d’autres ? Après tout, je ne suis pas l’unique végane sur cette planète ?

Vivons-nous vraiment sur une île en forme d’avocat, en totale autarcie ?

Imperfections

Il n’existe pas une seule manière d’être végane, et il est important que je vous le dise et que je m’en rappelle. Il est vain de vouloir atteindre une perfection ou suivre un dogme, encore plus malsain d’énoncer l’existence d’un seul véganisme. Et c’est bien cette idée qui génère au sein même du mouvement des conflits et des maladresses. Ils ne sont pas à bannir, des conflits émergent lorsqu’une problématique se dévoile, et que nous cherchons à y apporter une réponse. Le plus difficile dans ce cas là est de ne pas fracturer l’échange et la communication. Mais que voulez-vous, nous sommes humains et nos disputes font l’apanage de notre existence.

Ce que je retiens de ces quatre années, enrichissantes et toutes aussi épuisantes, c’est que le véganisme est mouvant, évolutif. Le mouvement se remet sans cesse en question ce qui en fait une force. Il ne désire pas opérer une contrainte auprès des populations, au contraire il tend à leur permettre de vivre le plus justement et le plus équitablement possible, avec moins de violence. Je ne suis plus la même végane qu’à mes débuts et encore heureux !

De nombreux articles et contenus me confortent dans l’idée que nous sommes en perpétuelle réflexion, que nous ne rechignons pas à nous examiner et nous trouver des défauts, je peux citer les blogs de La Carotte Masquée, de How I met your Tofu, de Connasse Extrémiste et d’Antigone XXI puis récemment, l’ouvrage de Martin Page, « Les animaux ne sont pas comestibles » dans lequel il affiche sa prise de recul, avec pas mal d’autodérision, ce qui m’a énormément rassurée sur notre humanité commune.


Mon blog prendrait-il une autre voie ? En tout cas, il prend malgré lui le temps de se mettre en action et se concentrera essentiellement sur ce qu’il m’est plus facile à vous partager : de la spontanéité et des réflexions personnelles. Son nom est toujours autant adapté et adaptable, il permet de mesurer mon évolution, ou plutôt ma progression au sein de ce mouvement et de cette large communauté.

Longue vie au véganisme.

Saoyiste

4 Replies to “Le véganisme est mort, longue vie au véganisme”

  1. La Nébuleuse dit : Répondre

    Je serai en tout cas toujours là pour lire tes réflexions ! Je lis aussi les blogs que tu as cités (ainsi que Les fragments d’Hylfee, entre autres). Je trouve que cela crée une belle émulation et des evolutions positives, cela m’inspire pas mal aussi… 2018 devrait vraiment être l’année où je poste davantage sur mon blog est il est clair que tous vos articles me motivent

    1. Merci de ton « écoute » ! Je ne manquerai pas de te suivre aussi cette année alors 😉 ! Et c’est une découverte concernant Les Fragments d’Hylfee, merci de partage.

      1. La Nébuleuse dit : Répondre

        Oh chouette si je t’ai fait découvrir le blog alors 🙂

  2. Je suis contente de découvrir ce post, cela faisait un moment que tu ne publiais plus…
    Hâte de découvrir tes réflexions et tes avancées sur le sujet !

Laisser un commentaire