Mes trouvailles véganes #3

La dernière version de mes retrouvailles remonte à quelques temps. Il s’avère que j’avais totalement oublié l’existence de cette série d’article, avec toutes les choses qui me sont arrivées et les changements que j’ai dû effectuer. Cela me permet de mieux définir le but et la fréquence de publication de ces articles. Je table sur une série mensuelle, histoire de ne pas me donner trop de charge de travail (entre autre). Que nous ont donc offerts ces mois de novembre et de décembre dans la sphère végane ?

Que mangeaient réellement les hommes préhistoriques ?

L’article de mashable nous apprend que les hommes préhistoriques ne mangeaient pas autant de viande que nous le pensions. En effet, des chercheurs ont découvert, lors de fouilles dans la vallée du Jourdain, des traces d’herbes et de végétaux cosmétibles qui laissent présager une consommation plus importante de produits végétaux que de produits animaliers. De quoi contester l’approche de nombreux carnistes affirmant que la viande a toujours été centrale dans l’alimentation humaine depuis des siècles.

La difficulté de sauter le pas et de devenir végane.

Cet article de Gala date d’il y a un an, sauf que je l’ai découvert tout récemment lorsque la blogueuse l’a remis en avant sur sa page Facebook. Son contenu est bien évidemment toujours d’actualité, et la réflexion qu’elle pose peut toujours être utile auprès des personnes conscientes de la problématique animale actuelle, et qui hésitent à sauter le pas du mode de vie végane, de peur de mal faire, de ne pas réussir, de rencontrer de la résistante et de l’incompréhension auprès de leur cercle social… C’est en abordant la notion de « zone de confort » qu’elle nous explique en quoi le changement est difficile pour l’Homme.

Les faux amis du régime végétalien.

Quelle ne fût pas ma surprise d’apprendre que des aliments que je continue de consommer ne sont pas végétariens (et encore moins véganes) ! Notamment les bananes. Comment ? Pardon ? Que l’on m’explique. En effet, dans certains cas les bananes sont traitées, afin de ralentir leur maturation, à l’aide de vaporisations contenant de l’exosquelette des crustacés ou de l’endosquelette des calmars. Effrayant ! Cela ne concernerait pas les bananes biologiques, donc tout n’est pas perdu. En tout et pour tout, la blogueuse de Glamconscious a listé 13 aliments supposés végéta*iens ne convenant pas à cette alimentation (et il y a encore des gens qui pensent que le poisson est végétarien).

Parution d’un nouveau magazine dédiée au véganisme.

Je débute tout juste la lecture du nouveau magazine « Le tofu te parle » . En tant que rédactrice en chef, nous retrouvons la blogueuse Noitasilagel qui milite activement entre autres par le biais de ce magazine. Dans cette toute première édition, l’équipe rédactionnelle s’est penchée notamment sur les capotes véganes, les troubles du comportements alimentaires, le sport à haut niveau, propose également une interview de Jihem Doe, un dossier sur ce qu’est réellement le véganisme sans oublier un historique du tofu, aliment emblématique du régime végane dont nous connaissons peu les origines. Pour l’instant je trouve le contenu très instructif et plaisant, il convient à tous les publics qu’ils soient végécurieux ou véganes.

Les vidéos qu’ils ne fallaient pas manquer

L’As Végane Parano propose une critique du dernier ouvrage d’Aymeric Caron, Antispéciste. Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire le dernier livre de cette personnalité que l’on peut définir comme « représentant de la cause animale » le plus connu du grand public. Il est vrai qu’Aymeric Caron dispose d’une large audience auprès de laquelle il n’offre pas encore une vision objective de l’antispécisme. En effet, ce que regrette L’As Végane Parano est son manque de prise de position radicale, notamment quand l’auteur évoque comme solution la baisse de consommation de viande, acte qui va à l’encontre de ce que l’abolitionnisme prône, c’est à dire la fin immédiate de toute exploitation animale. Le youtubeur revient également sur d’autres points problématiques que je vous invite à découvrir. Cette vidéo m’a permise de revoir mon opinion sur Aymeric Caron et de constater que malheureusement l’auteur est resté dans une attitude de séduction, en évitant de choquer et d’offusquer ce grand public que la lutte abolitionniste a du mal à atteindre.

Dans cette seconde vidéo, le comédien Nicolas Meyrieux dresse le sordide tableau de l’élevage intensif dans un humour cinglant et efficace, chose qui n’est pas aisée pour un sujet aussi sérieux. Nous ne pouvons que le féliciter.

 

Une seule envie culinaire pour ce mois-ci :

Le beurre de pommes ! Malheureusement, me trouvant à la Réunion, je vais devoir attendre mon retour en métropole pour tester cette recette. Si l’occasion se présente à vous, n’hésitez pas à la tester et à m’en faire vos retours !

Sur ces dernières lignes, je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année.

Saoyiste.

 

Laisser un commentaire