Mes trouvailles véganes #4

Ce début d’année est pour certains l’occasion de faire le bilan sur l’année écoulée. Nombreux ont été les associations et les blogs à proposer une rétrospective des évènements marquants de 2016 pour la cause animale. J’ai retenu une vidéo traduite par Les Véganes et publiée sur leur page Facebook ainsi que l’article des 19 plus belles victoires pour les animaux en 2016 lisible sur le site de holidogTimes. Pour cette quatrième édition, j’ai préféré vous lister d’autres contenus portant à la fois sur le véganisme, sa définition ainsi que sur le féminisme et la santé psychique. Sans oublier des trouvailles plus amusantes pour réveiller nos papilles gustatives. Sans plus tarder, je débute ma sélection par les 5 articles qui ont retenus mon attention.

Peut-on assigner la notion de viol aux animaux exploités ?

TW et CW*: Viol et Maltraitance Animale.

Dans cet article de Simonae, la rédactrice commence par offrir une définition du spécisme et de l’anti-spécisme. Elle revient sur les campagnes de PETA qui se sont révélées problématiques par leur caractère sexistes. On ne peut lutter contre l’oppression des animaux tout en continuant d’oppresser les femmes. Par la suite, le sujet de son article se tourne sur la notion de viol qui est communément employée pour désigner les sévices que subissent les animaux femelles dans l’industrie laitière. Elle reproche cette utilisation qui n’aurait pas lieu d’être puisque le viol ne s’apparente pas uniquement à la violence sexuelle commise envers des êtres vivants, puisqu’il évolue dans une structure sociale instituée par les humains, cette même structure n’existant pas chez les espèces non-humaines. L’auteure exprime plus en détail son point de vue, que j’ai trouvé intéressant à examiner. Peut-on réellement employer ce même qualificatif pour désigner un acte barbare qui « a des origines, des implications et des conséquences sociales complètement et totalement humaines. » ? Le débat est ouvert.

Retour sur le caractère omnivore de l’espèce humaine.

La Carotte Masquée nous offre un article comme je les aime, bien documenté et explicatif dans lequel elle revient sur le fameux argument spécifiant le caractère omnivore de l’Homme, et donc son – soit disant – impératif à consommer de la viande. Elle démontre que notre capacité à digérer la chair animale n’est plus à l’heure actuelle un motif valable et moral pour continuer de faire souffrir les animaux. J’ai beaucoup apprécié sa conclusion qui laisse entrevoir un progrès moral dans l’institution du véganisme.

Comment être le ou la parfait.e végane ?

Au risque de vous décevoir, il n’existe pas de perfection végane. Comme j’ai eu loisirs à évaluer mon degrés de véganitude dans un ancien article, How I Met Your Tofu revient sur les nombreuses injonctions plus ou moins insidieuses à avoir le comportement du parfait petit végane : bref mission impossible. Le véganisme est un outil et non un code de conduite à tenir. Cet article m’a également permise de me pencher sur les notions de conséquentialisme et utilitarisme. Je vous invite à y jeter un coup d’oeil, vous y trouverez des informations complémentaires sur ces concepts.

Crash test de pâtes à tartiner véganes : pour en finir avec le Nutella !

Intéressons nous maintenant à des contenus plus délicieux et gourmand. Cet article ne date pas vraiment d’hier, je suis tombée dessus en découvrant une image répertoriant 12 alternatives véganes au Nutella. Cela m’a value des commentaires approbateurs de la part de mes ami.e.s véganes et non véganes, et chez qui leur accoutumance à la pâte à tartiner n’est plus à démontrer. On m’a fait l’éloge à divers reprises de la Nocciolata, qui selon les dires de Glam & Conscious serait la pâte qui se rapprocherait le plus du Nutella. Je doute de pouvoir me le procurer à la Réunion, alors que ma curiosité a été éveillée par ces propos. En tout c’est 9 alternatives qui sont passées sur la petite cuillère d’Angélique. D’ailleurs pour étaler votre pâte à tartiner, vous utilisez la petite cuillère ou le couteau ? (Débat tout aussi intense que la bataille <3CHOCOLATINE<3 vs pain au chocolat).

Je valide la Nuté+ et la Nut & Bon
Je valide la Nuté+ et la Nut & Bon

L’article pour décomplexer de ses fiascos culinaires.

C’est grâce à la réalisation d’un cheesecake végétalien par Aude que j’ai découvert son blog : Écologie Citadine. Et que j’ai ris à la lecture de son témoignage ! Il est vrai que de nombreux cuisinier.e.s nous font rêver à grand renfort de visuels appétissants tous aussi beaux les uns que les autres, nous promettant des repas véganes attrayants et délicieux. La réalité est tout autre lorsqu’on se lance à corps perdu dans la confection de plat véganes. Pour ma part, j’ai en mémoire la réalisation d’une pâte feuilletée végétalienne dont le résultat était plus que douteux. Le plat final s’est quand même avéré comestible, sauf que je n’entreprendrai jamais plus de faire moi-même une pâte feuilletée. Lisez sans modération son récit, vous décomplexerez à coups sûr en repensant à vos échecs culinaires, on est tous passé par là 😉 . Je serai curieuse de connaître vos propres désastres en cuisine 😀

Deux vidéos à l’honneur.

On ne présente plus Gurren Vegan, youtubeur de renom, connu pour son militantisme tout en finesse et en humour. Si vous souhaitez en savoir plus sur le personnage, je vous invite à lire le dernier numéro du Tofu te parle, qui est sorti il y a quelques jours. La rédaction a notamment eu l’occasion de l’interviewer. Dans cette vidéo, Gurren Vegan revient sur la Vegan Police, qui agit à la fois dans la secte le milieu végane, en désignant tout particulièrement les mauvais véganes, et aussi auprès des non-véganes (souvent les végétariens) en ayant un comportement inquisiteur. Une bonne suite à l’article de How I Met Your Todu cité plus haut.

TW*: nourriture, TCA et dépression.

Dans cette seconde vidéo, la youtubeuse de Vivre Avec nous parle de santé psychique, de nourriture ainsi que de végétarisme et véganisme. Il est évident que ce sujet ait éveillé mon intérêt, j’ai voulu savoir la réflexion qu’elle avait autour de ces notions. En énonçant ce qui se cache derrière l’industrie laitière à savoir l’insémination des vaches et le retrait à la naissance du veau à sa mère, elle explique pourquoi consommer des produits laitiers est problématique. Suite à cela, elle nous expose sa difficulté à être végétalienne notamment à cause d’un plat refuge ou d’une nourriture doudou contenant un produit laitier. Ce qu’il est important de savoir, c’est qu’un grand nombre de personnes atteintes de maladies psychiques comme la dépression ou un TCA (Trouble du Comportement Alimentaire) se réfugient autour de plusieurs nourritures doudous qui s’avèrent être une solution à l’instant T pour aller mieux. De ce fait, elle rencontre souvent des discours culpabilisants de la part de végétariens et véganes qui la freinent au lieu de l’aider dans sa démarche. En effet, les habitudes de vie sont très difficiles à changer pour des personnes atteintes de maladies psychiques voire physiques. Je me suis retrouvée dans cette vidéo, principalement à cause de difficultés que je rencontre à me nourrir et lorsque j’angoisse. Nous ne sommes pas tous égaux face à la capacité de changer radicalement notre alimentation.


J’espère vous avoir enchanté ou du moins intéressé avec cette nouvelle sélection. À très vite sur les interwebs.

Saoyiste.

* TW: Trigger Warning; CW : Content Warning.

2 Commentaires

  1. Salut Saoyiste,
    Ravie de voir que mon article t’as fait rire 😉
    Aude
    ps : je valide aussi la Nuté+

    1. Mais ouuuiii ! Très décomplexant ton article. On a trop tendance à montrer le beau et la soit-disante perfection de nos actes, il est aussi important de rappeler que nous sommes imparfaits et avons des ratés ! C’est ce qui fait la richesse de la vie 😀

Laisser un commentaire